10 fruits de saison : qu'est-ce qu'on mange en juillet ?

Miam, c'est l'été ! La saison des bons fruits gorgés de soleil démarre sur les chapeaux de roues.

Si vous avez la main verte, consultez la fiche plante associée pour tout savoir sur la plantation, l'entretien et la récolte du végétal qui vous passionne…

Vous pouvez aussi vous amuser avec notre service Trouver une plante ! Combinez les critères et découvrez en quelques clics tous les fruitiers qui produisent en juillet.

Si votre truc c'est plutôt la dégustation, soyez au point sur les fruits de saison pour faire des choix judicieux (et juteux) sur les étals des marchés : voici une sélection de 10 fruits à manger en juillet !

Les abricots

Les abricots
© charlotte henard / CC BY-SA 2.0 / Flickr

L'abricotier est un arbre généreux aimant le soleil et résistant à la sécheresse. Planté en hiver ou en dernier recours au printemps, il peut produire entre 30 et 50 kg de fruits !

Son fruit a la chair tendre et juteuse quand il est très mûr. Survitaminé, il est riche en vitamine C, B et en bêta-carotène, un précurseur de la vitamine A.

Excellent cru ou cuit, en compote ou en tarte (surtout celle de ma grand-mère), profitez de juillet pour le cuisiner à toutes les sauces !

Lire l'article

 

La banane

La banane
© Alpha du Centaure / CC BY 2.0 / Flickr

La plupart des bananes que l'on peut récolter sous nos latitudes sont les fruits des variétés de bananier Musa acuminata 'Dwarf Cavendish' ou Musa acuminata 'Little Prince'. Ces petites bananes se récoltent d'ailleurs plutôt à la fin de l’été.

Bon à savoir : quand les peaux des bananes ont des taches brunes, c'est précisément le meilleur moment pour les manger. Elles contiennent alors une substance qui renforcent nos défenses immunitaires et tout un tas de bonnes choses.

Les bananes que l'on trouve sur les étals en juillet sont en majorité importées. Soyez vigilant sur la provenance si vous voulez déguster uniquement des fruits de saison !

Cqfd : les singes ne mangent pas plus de bananes que les lapins des carottes. Si on associe ce fruit à ce primate, c'est en partie parce que les deux renvoient à un contexte colonial.

 

La cerise

La cerise
© Adrien Millet / CC BY 2.0 / Flickr

Chair pulpeuse pour des clafoutis, queues en infusion et noyaux pour vos bouillottes, dans la cerise, tout se rentabilise !

En juillet, retrouvez votre âme d'enfant en les cueillant directement sur l'arbre : au détour d'une branche, sous un paquet de feuilles, débusquez-les pour trouver la plus belle.

Cerise guigne, cœur de pigeon, bigarreau, burlat… Découvrez les différentes variétés et profitez pleinement de leur teneur en sorbitol légèrement laxatif, sels de potassium dépuratifs, flavonoïdes antioxydants et acides hydroxycinnamiques anti-cancer (amen) !

L'info inutile mais sympa à sortir en soirée : une cerise fait environ 8 g.

Lire l'article

Le citron

Le citron
© amazingmikael / Getty Images

Ça n'est pas seulement parce qu'il a un pouvoir détartrant et blanchissant sur les dents que le citron est un must-have de la cuisine estivale.

Le dentif-yourself : mélangez le jus d'un citron et une pincée de bicarbonate de soude pour une haleine plus que fraîche et des dents plus que blanches. Ne vous brossez pas les dents plus d'une fois par semaine avec cette préparation qui reste abrasive.

Citron

Article

Lire l'article

En cuisine, le citron relève vos salades (sucrées ou salées) et marinades. Ses arômes étant peu modifiées par la cuisson, vous pouvez l'ajouter directement dans vos plats en préparation, pour remplacer le sel.

Astuce : plutôt que de couper un citron en deux pour n'en tirer que quelques gouttes, percez-le à l'aide d'un cure-dents.

Citron 

Article

Lire l'article

La mangue

La mangue
© Ramnath Bhat / CC BY 2.0 / Flickr

Le manguier produit des fruits environ 3 mois après sa floraison. En milieu d'été, vous trouverez donc majoritairement des fruits importés… mais pas que !

Pour choisir une mangue digne de ce nom, ne vous fiez pas tant à la couleur, qui peut être différente selon les variétés. Et comme l'habit ne fait pas la mangue, préférez la toucher et la sentir :

  • Sa texture doit être souple, ni trop molle ni trop dure.
  • Son odeur doit être sucrée et légèrement citronnée.

Bon à savoir… ou pas : un manguier peut produire des fruits pendant près de 300 ans.

Mangue

Article

Lire l'article

Les fruits rouges

Les fruits rouges
© Laurence Vagner CC BY-NC-SA 2.0 / Flickr

On appelle « fruits rouges » un ensemble d'une dizaine de drupes, baies et faux-fruits, parmi lesquels :

  • La fraise : grand classique estival, on la savoure nature, en salade ou en tartes.
  • La framboise : concentré de vitamine C, cette baie est également riche en fibres et est délicieuse dans les mueslis avec du yaourt.
  • La mûre : le fruit du mûrier est idéal en gelées et confitures tandis que le fruit de la ronce, moins charnu mais plus sucré, fait des merveilles en sorbet et en tartes.
  • La groseille : très facile à cultiver, le groseillier trouve sans problème sa place au fond du jardin.
  • Le cassis : très apprécié en sorbet, confiture et sirop, on peut aussi en faire de succulentes tartes.

Bonus, boni : au XVe siècle, la mûre était principalement mangée en hors-d'œuvre.

Lire l'article

Le melon

Le melon
© Morgan Capasso / Getty Images

Il attire les mouches, abeilles et guêpes autour de la table, son jus sucré nous rend les mains collantes et on a l'impression de n'avoir jamais suffisamment raclé la peau. Mais en juillet, on ne peut pas se passer du melon !

Mieux vaut connaître la variété de la plante pour choisir un bon melon, mais en trois points :

  • La robe : cherchez les sillons vert-bleuté parfaitement marqués et non fendus.
  • La densité : le poids est un bon indicateur.
  • Le parfum : prononcé mais pas trop fort, au risque de vous trouver avec un fruit passé.
Lire l'article

Riche en bêta-carotène, vitamine C et potassium, il vous donnera assurément bonne mine. À condition de bien dormir et de beaucoup rire aussi.

Melon 

Article

Lire l'article

 

La tomate

La tomate
© amazingmikael / Getty Images

En sucré, salé, sauces, salades, boisson, entrée, plat, dessert, la tomate est un fruit… polyvalent. Sans compter les nombreuses variétés aux couleurs, formes et tailles toutes plus différentes les unes que les autres : cœur de bœuf, ananas, Noire de Crimée… Elle est même facile à cultiver.

On ne vous la fera plus : le succès des tomates-grappes est en partie dû au parfum du pédoncule, qui laisse croire à une tomate plus savoureuse.

Lire l'article

Très peu calorique (pas plus de 20 kcal pour 100 g), elle contient 95 % d’eau. Parfait pour l'été ! En début de repas, l’acidité de la tomate stimule la sécrétion des sucs digestifs. Votre organisme est mieux préparé à assimiler le repas.

Un végétal au top : une consommation régulière de 40 g de sauce tomate à l’huile d’olive par jour, pendant 10 semaines, pourrait réduire de 40 % l’intensité d'un coup de soleil.

Lire l'article

La pastèque

La pastèque
© RicardoImagen / Getty Images

La cousine du melon n'a rien à lui envier : rouge comme un coquelicot, lourde et constituée à 92 % d'eau, la pastèque est une gourmandise d'été dont vous pourriez presque abuser.

Une fois achetée, si elle est entière, vous pouvez la conserver au frais hors du réfrigérateur, entre 15 et 20 °C. Dès qu'elle est ouverte et gardée à température ambiante, sa saveur continue d'évoluer et de s'améliorer pendant une semaine. Ensuite, vous pourrez la conserver coupée 2 à 3 semaines au réfrigérateur. Elle perdra seulement un peu de sa couleur.

J-4 : coupée, il vaut mieux consommer la pastèque dans les 4 jours, car au delà, sa teneur en lycopène, un puissant antioxydant, diminue rapidement.

La pêche

La pêche
© grego1402 / CC BY 2.0 / Flickr

Sa peau douce et veloutée, son jus sucré, sa chair tendre, on en reprendrait bien trois fois. En petits morceaux dans un yaourt, à croquer, en compote ou en tartes, la pêche se déguste en juillet et fait toujours le bonheur des petits et grands.

Maillot intégral ? Issus d'une mutation naturelle du pêcher, la nectarine et le brugnon ne sont pas, comme le veut une croyance populaire, des hybrides de pêche et de prune ou abricot, mais bien des variétés de pêches à part entière. De quoi satisfaire les amateurs de peau lisse.

Pour choisir vos fruits, fiez-vous à votre nez : une odeur sucrée est un bon indice, de même qu'une chair légèrement souple. La couleur n'a pas d'importance. Sauf si elle est bleue, là oui, peut-être qu'il faut y réfléchir à deux fois.

Délicates, manipulez les pêches avec soin et évitez de les stocker au réfrigérateur.

Pages Jaunes vous en dit plus

Vous vous posez des questions ? On a les réponses.

Et d'autres choses palpitantes à faire en juillet :

Pour les gourmets qui se lanceront dans la cuisine, découvrez ou redécouvrez les fameuses billes de cuisson pour une pâte à tarte qui ne gondole pas.

 

Ces pros peuvent vous aider