Éviter l'éclatement des fruits

Sommaire

De nombreux fruits (fruits à noyau, melons, figues…) et légumes (tomates…) sont susceptibles d’éclater sur pied, surtout lorsqu’ils approchent de la maturité. Dans quels cas et comment pouvez-vous éviter ce phénomène qui dégrade l’aspect de vos fruits et diminue leur durée de conservation ?

Cette fiche pratique vous explique comment éviter l'éclatement des fruits.

Zoom sur l’éclatement des fruits

Principales causes d’éclatement des fruits

Le phénomène d’éclatement des fruits est courant après de fortes pluies ou un apport d’eau excessif et pas assez progressif après un épisode de sécheresse. Cet apport d’eau brutal va entraîner une augmentation tout aussi brutale du volume des fruits. Leur peau, pas suffisamment extensible pour s’adapter à cette brusque croissance, ne peut que se fissurer. Ceci est favorisé par la proximité de la maturation de ces divers fruits, c’est-à-dire le plus souvent durant les périodes les plus chaudes de l’été.

Principaux fruits concernés

De très nombreux fruits sont susceptibles de subir ce phénomène : fruits à noyaux (cerises, prunes…), fruits à pépins (raisins…), fruits à graines (melons, tomates…), figues… De plus, certaines variétés de ces fruits y sont plus ou moins sensibles ou résistantes.

1. Repérez les symptômes de l'éclatement des fruits

Vos fruits, s’apprêtant à mûrir, deviennent très appétissants et vous les couvez des yeux. Mais brusquement leur peau va se fissurer plus ou moins profondément et de façon plus ou moins multiple. Ces fissures peuvent être longitudinales à partir de l’attache du pédoncule (prunes, figues) ou au contraire à l’opposé (cerises) ou encore être circulaires et s’enfoncer jusqu'au noyau.

Les dégâts entraînés sont de deux ordres :

  • aspect dégradé diminuant l’appétence des fruits ;
  • diminution de leur durée de conservation avec tendance au pourrissement sous l’effet de diverses moisissures.

Les tomates constituent un cas particulier. Elles peuvent éclater alors qu’elles sont encore en formation et, dans ce cas, c’est toute la récolte qui est compromise.

2. Prévenez l'éclatement des fruits

Bien souvent, notamment en cas d’épisodes pluvieux inattendus et importants en période de pleine maturité, lorsque les fruits sont gorgés de sucre et sur des arbres fruitiers de grande taille et non irrigués tels que des figuiers ou d’autres fruitiers adultes, vous ne pourrez malheureusement pas éviter totalement ce phénomène. Cependant, vous pourrez atténuer plus ou moins son apparition en prenant des mesures préventives :

  • Tout d’abord, tachez de réguler vos arrosages, surtout en période de sécheresse, vous éviterez les à-coups de croissance qui déclenchent ces dégâts. Pour cela, installez un arrosage par goutte-à-goutte avec si possible une programmation. L’installation d’un paillis assez épais au sol autour des pieds ou sous la frondaison pourra compléter ces dispositions, car il ralentira la pénétration de l’eau des pluies fortes et aidera à conserver une certaine fraîcheur du sol entre deux arrosages ou pluies.
Consulter la fiche pratique
  • Si vous habitez une région habituée aux orages d’été et que votre culture est particulièrement sensible à ce phénomène (certaines variétés de melons ou de tomates), vous pouvez, si sa taille le permet, la cultiver sous tunnel ou sous abri en polyéthylène souple  avec des arceaux assez grands pour permettre les gestes de culture et de récolte.
Consulter la fiche pratique
  • Une bonne nutrition de vos cultures est également un facteur de résistance à ce phénomène. Chez les fruitiers à noyau, en particulier, évitez des carences en calcium et/ou en cuivre. Évitez également des apports excessifs en azote qui entraînent, entre autres, une diminution de l’épaisseur de la peau des fruits.
  • Pour vos plantations, choisissez lorsqu’elles existent des variétés moins portées à l’éclatement de leurs fruits, comme certains cerisiers. Renseignez-vous auprès d’un pépiniériste ou d’un technicien agricole.

Conseil : dans le cas particulier des tomates, en implantant assez profondément leurs pieds puis en favorisant le développement de leurs racines en profondeur, vous pourrez réduire l’effet des brusques variations d’apports d’eau. Pour cela, vous devrez effectuer au départ quelques arrosages importants, mais espacés dans le temps. Avec le temps, l’influence de l’humidité en surface du sol deviendra négligeable. De même, la maintenance d’un feuillage suffisamment dense protégera les tomates d’un ensoleillement trop fort et les préservera par rapport à celles exposées en plein soleil.

Ces pros peuvent vous aider